Archive pour juillet 2010

PARIS TONKAR


Sorti en 1991, PARIS TONKAR, par TAREK, premier livre édition de luxe sur la scène Graffiti Parisienne, big Up. Alors il est devenu introuvable c’est un vrai collector et à ma connaissance n’a pas été reédité. D’ailleurs je l’ai prété et je ne l’ai jamais revu … encore un chacal. Une rumeur dit q’une seconde édition devrait sortir, un bruit qui court.

En tout état de cause à défaut de l’avoir physiquement dans votre bibiliothèque, bien au chaud a coté de SUBWAY ART et SPRAYCAN ART, où il a sa place. Vous pouvez toujours le consulter en ligne et en bonne qualité sur le compte de publication de l’auteur > clique ici

En principe il est possible de l’insérer dans un page de blog, mais malheureusement le code html ne fonctionne aps ! Aussi petit désagrément pour le consulter il faut ouvrir un compte, bon il faut manoeuvrer un peu Calameo mais comme toute chose, on n’a jamais riens sans rien et cela vaut le coup. Il ya la possibilité de laissez un commentaire à l’auteur, faires des suggestions (genre vos graff), des critiques, cela ne mange pas de pain et ça fait toujours plez.

Comme le chacal est pas toujours pote avec les zordi et à tendance avoir un poil dans la patte, document rendu accessible par des voies détournés, tout en respectant la propriété intellectuel de l’auteur (pas de download), tout ça por votre plus grand bonheur.

EAZE CP5

Quelques tofs pour lancer le bal des chacals! > Eaze



GRAFFITI VITRAIL by CORKA

J’étais en train de faire la viste du flickr de CORKA (photgraphe) quand soudain foooo, viz un peu, vla pas la tof qu’il a shooté. Une balle d’image, voilà comment en deux deux, un feugra est sublimé par le regard du photographe. La tof, en générale, c’est là ou le bas blesse, on ce concentre sur la balle de graff que l’on va péter et au final on claque une photo perrave, au flash de nuit avec un klik klak kodek toutenplastik a deux balles ( c vrai que depuis le digital ça facilite et la qualité optique et zoom font qu’il est plus aisé de prendre une tof correct)… Buuuu, voir pire pas de photos du tout, genre moi, 25 piges à peindre, 5 photos, pressbook perdu, bref la cata….

Dans ce cas précis, même le graffer qui à sué sang et eaux et pris le risque de se manger une putain d’amende pour aller claquer un train, n’aurait imaginé cette vision quasi « religieuse » prise par CORKA. Vraimment cela ressemble à un vitrail digne de la rosace du transept sud de Notre Dame de Paris, bon j’exagère un peu. Juste un petit détail, evidemment en photo il ya toujours un petit détail qui fait chier. C’est le reflet en plein milieu du champ de vision, reflet de la fenêtre qui est dans le dos du photographe, pfff toujours un bordel de merde de reflet dans le dos pour casser les couilles. Cela aurais été chanmé de pouvoir l’occulter ( un bout de tissu noir deux bout de gaffer le tour est joué pour virer ce reflet chiatique) car cela rajoute un élément chromatique qui parasite un chouia les couleurs du feugrr, enfin moi je le voit comme ça. Certes, on va me retorquer, qu’Il y a photoshop pour retoucher. Ouais c’est clair ça peux ce faire en deux coups cuieillères à pots, surtout dans ce cas là c petite retouche complètement invisible.

Mais attention retouché ses photo c’est dla karna et en plus cela peut couter cher, très cher! Parfaitement la preuve en deuxexemples : 1 celui du mec qui c’est vu retiré son prix durement gagné au WORLDPRESS award catégorie sport, l’archouma, tout ça pour avoir retouché une main qui dépasse derrière une chausette d’un joueur de rugby, tout de même les glandes, de toute façon cette images était déjà un recadrage autre karna selon les puristes*,voilà bien fait pour ça gueule, hin hinh hin ( * puristes dont je ne fais partis, moi je suis plus un RSP retoucheur sans pitié, c mon autre crew). Second exemple, celui qui est cher de chez cher, c’est de se voir retiré par retouche d’un photographie officiel du PCC (particommuniste chinois), ce qui veut dire en générale que le retouché est : un, partis croupir en zonzon ad eternam; où deux, en train de se faire ronger les os par les asticots. je sais pas laquelle des deux options est la pire, en tout cas, dans les deux cas ça le fait pas! Le malheureux dans l’histoire c’est que de sretouches dans le genre il y en a des milliers, le petit père du peuple (Mao Tse Tong), mon cul oui, un vieux crevar, une enflure, comme j’espère, il n’y en aura plus jamais…

CORKA ça claque grave, superbe photo. > Kretsi



ALL CITY (BLOG) VS TIKARET

Date inconnu, graffer me rappelle pas, je dirais MAC crew ?

Suite à un billet posté par ALLCITY de la fameuse tikbou ALLCITY qui est l’équivalent pour la newskool ce qu’a été TIKARET pour les graffitagger de la vieille école.

Ceci étant, il faut remarqué, alors : ALL CITY vs TIKARET, ok vous me direz rien à voir, c’est vrai, l’un c’était le lèche vitrine du samedi mais ceci mis à part niveau graff on restait sur sa faim, l’une est totalement orienté sur la peinture, l’autre l’était plus sur la parure du zuluboy. Comme malheureusement TIKARET ne faisait pas dans les articles de graffiti, pour le coup il fallait bien aller se fournir ailleurs ( merci à Graphigro et Rougier &Plé (entre autres) qui on été ponctionnés maintes fois).  ouais chaque génération* a sa boutique fétiche, sorte de « mini-temple » dédié.

Au passage, j’y pense un bonjour à MOMO des puces de montreuil, qui nous a fournis en ALTONA de déstockage ( a noter qu’il est toujours là du coté de la porte de la Chapelle (bien choisis), à vendre de la beubz, bon il est passé à la MONTANA normal). les  puces de montreuil c’était un passage obligé : un kebab, un faux 501, des bidiz et les beubz de chez Momo, que demande le peuple. Hein je le vois bien par comparaison en Colombie ou je vis actuellement un beubz vaut le salaire journalier d’un ouvrier, presque un article de luxe… mmmm avant d’aller peindre un gros mur tu y reflechis à deux fois.

(*génération qui comme on peux le constater n’a pas raccroché les gants, bon les obligations variées et préoccupations diverses imposent un autre rythme ; les centres d’intérêts changent, se déplacent, mais la flamme est toujours là, certes parfois légerement en standby … )

Bref revenons à nos moutons. Donc face aux nouveaux enjeux promotionel Artyshow-Graffiti-StreetArtesque le nouveaux terrain d’action, le web, est comme le métro mais en plus grand. Finalement je ne peux que fortement vous recommander  pour rester courant de ce qu’il ce fait en GRAFFITI en France et de par le monde, d’aller jeter un oeil régulier sur le  très bon blog ALLCITY BLOG.

BIG DEDICASSE à papi OPAC > P2B.

> Kretsi

CP5 SAUCE NARCO MEXICAIN

MDR MDR MDR MDR MDR MDR MDR

JAMES BROWN & FULL FORCE ET L’ORIGINE DES LUNETTES STYLE B-BOY ENFIN EXPLIQUE

Ceci explique cela > Mais d’ou sortent tous ces B-BOY à lunettes de chantier, attribut étrange du parfait B-boy version graffiti.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour ma part je pense sérieusement que l’on doit cette engouement à l’influence du granfather of soul, Mr James Brown himself  in full effect . Regarde bien cette vidéo que je considère comme l’un des piliers du Hip Hop. Sir James Brown himself est en costard gris affublé d’une splendide paire de lunettes de chantier orangé. L’interêt en termes d’optique est tout a fait discutable, en cas de forte illumination cela ne sert à rien, pour cacher des yeux rougit au cannabis et au pcp*, non plus (*angel dust substance dont papi soul était friand voir interview de full force sur ce sujet et celle la aussi ). Par contre au niveau de la parure sa claque, l’impact fut fort, l’étrangeté de cet effet visuel créa un style* qui n’est pas passé inaperçu auprès de la fine observatrice communauté graffitesque international, la preuve en graff voir le diaporama tiré de Spray Can ARt.(* prendre en considération la variante ultérieure dans les milieux rapistique des lunettes de ski fièrement porté avec grosse doudoune  en plein mois de juillet sur le parvis de la défense … véridique)

Mr James aimait t’il voir le monde en orange avec la vision d’un ouvrier, rien n’est moins sure. Est ce le directeur artistique du clip qui a suggéré cette attribut suivant la mode du moment, vraisemblablement cela vient de la fantaisie de papi soul himself car on peut le voir a divers reprise avec sa fameuse paire lunette de chantier orange ? Pourquoi orange et pas jaune, Allez savoir, en tout état de cause, selon la loi du constraste simultané que l’on doit  à Mr Chevreul Eugène,  l’effet chromatique résultant est de physiologiquement perçevoir les éléments entourant l’élement orange affecté par la couleur complémentaire à celle ci, donc du violet! voila en faite, je vous révèle un secret, il y a un message caché : Sir James brown était un grand fan de Deep Purple (pourpre/violet) qui est une couleur assez spéciale utlisé en thérapie musicale contre la stress, l’angoisse urbaine, etc.. voir en exemple l’installation de La Monte Young inspiré par cette théorie et visible au Guggenheim NY : Dream seven years of sound and light.

J’imagine que cela devait être inconscient et qu’il l’ignorait lui même, repose en paix papi. Je vous l’octroit cette théorie est un chouia tiré par les cheveux!  De  plus c’est vraiment n’importe quoi car la complémentaire du orange … c’est le bleu-vert!  James Brown était écologiste sans le savoir et nous non plus! > Kretsi

EXPO ROCKIN POCH ONEROCK CP5

Face à cette avalanche d Expo en pagaille (2), je vais me livrer à un jeu périlleux, chroniquer une expo à laquelle je ne suis pas aller et ceci sur la seul base de photos vu sur le web !!!

Eternel  retour aux sources pour le productif ami POCH CP5, evoluant dans la création sans jamais délaisser sa thématique favorite, que l’on peut résumer ainsi : connecter l’univers musical Punk Rock Ska et la création graphique à travers le :  graffiti, street art et graphisme.

POCH Dans cette expo intègre l’une de ses techniques de prédilection, le pochoir. Il est bon à savoir, pour restituer le choix et le contexte, retournons une pincé d’années en arrière, fin 80 début 90, l’influence musical rock punk et il va de soit et le pochoir sa technique exclusive pré-graffiti d’ou son blaze POCH (poch-oir, évident non, (vous l’aurez peut être dèja déduit par vous même)). Donc Mr POCH nous présente une série assez importante, je n’ai pas fait le comptage précis, mais à vue de nez il doit  y avoir une quarantaine de création graphique sur papier,technique mixte encadré sobrement et disposé en assemblage que l’on peut qualifier de « constructiviste » ou du moin en patchwork. Les images que nous livre l’artiste sont clairement sous l’influence de l’affiche de propagande d’union soviétique subtilement mixé avec le style des affiches et flyer et autres iconographies du mouvement musical anglo-americano PUNK ROCK, matiné de touche MOOD’s  70’s (clash, sexpistol, exploited, etc…). Rouge blanc noir, un palette chromatique qui est rattachée aux valeurs anarchistes et revolutionnaires masi surtout aux restrictions budgétaire en termes de coût d’impression, bien vu n’est ce pas, comment joindre : la sémantique et la pratique,  le message et l’oursin qui vit aux fond de nos poches…

Egalement une série de photographie d’intervention graphique urbaine sous formes, de collage et peinture de rue, en format moyen (40×30) encadré sous verre. L’expo est à visiter jusqu’au 10 septembre à la galerie ELKOGRAPHIK STUDIO (28, place des lices, 35000 Rennes – France  Tél : 0033 (0) 2.56.51.45.06 du mardi au samedi, de 10 h à 19 h et le lundi de 14 h à 19 h)  venez nombreux acheter beaucoup >> kretsi

Ce diaporama nécessite JavaScript.


CHACALZ NEWZ > MAIL

Rejoignez 19 autres abonnés

SOUNDCLOUDZ

SECRET CP5 FLICKRZ

RSS NASTY FLICKRZ RSS

RSS CORKA FLICKRZ RSS

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

RSS RUNLE RSS

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

GOSSIP BLOG

Visit

  • 88,746 hits
Art & Artist Blogs - BlogCatalog Blog Directory